Politique - Immigration à la Japonaise



 
Forum mort

 :: Bureau d'actualité :: Bureau mondial

 Politique - Immigration à la Japonaise

Message posté par Invité - Dim 8 Fév - 12:21
Je suis Invité

avatar

Actualité

Immigration à la japonaise



Information sur l'article

↪ Auteur : Lux'Uriante
↪ Publié le : 8 février 2015
↪ Section : Politique
↪ Sources : Monde Diplomatique de Janvier 2015 et Nipponconnection.fr
↪ Brève description : Le nouveau dirigeant change la politique de l'immigration
© Copie interdite sans lien direct jusqu'ici



Introduction

Malgré un taux d'abstention de plus de 47%, le premier ministre Abe Shinzo et le Parti Libéral-démocrate ont remporté les législatives japonaises de Décembre 2014. Pendant les quatre prochaines années, ils auront donc les mains libres pour mettre en place leur nouvelle politique d'immigration, autant controversée qu'appréciée.

Même s'il a renoncé à l'augmentation de la TVA, il y a une mesure à laquelle il tient particulièrement mais qui demeure impopulaire pour la majorité du peuple Japonais : laisser entrer les travailleurs étrangers pour répondre à une pénurie de main d’œuvre non qualifiée. Cette mesure se veut d'actualité car la population décroit depuis sept ans et cela ne cesse de s'aggraver.

L'acceptation de migrants reste donc une question essentielle pour l'avenir du pays comme l'a dit en Février 2014 M. Abe devant le comité du budget de la Chambre des députés.  En plus de cela s'ajoute une politique visant à ralentir la baisse du nombre d'habitants. Les migrants sont donc plus que bienvenue pour contrecarrer cette baisse constante.

Mais M. Abe se défend :"Il ne s'agit pas d'une politique d'immigration. Nous souhaitons que les étrangers travaillent et gagnent de l'argent pour une période de temps limitée, puis qu'ils retournent chez eux".


Un sentiment général de répulsion

Il va être difficile de faire entrer cette main d’œuvre pacifiquement car le principe du Japon depuis l'après-guerre est tout simplement "pas d'immigration". La population y est réticente et c'est extrêmement ancré dans les mœurs locaux.

En plus d'une immigration faible, les naturalisations restent et ont toujours été faites au compte-goutte, les 43% de celle-ci étant des naturalisations de personnes coréennes. D'ailleurs le Japon avait adopté une loi définissant la nationalité japonaise en les excluant. Quand on leur a demandé de partir, qu'on les a "libéré du joug nipon", beaucoup de ces coréens ont décidé de rester et sont devenus la cible de discrimination.

Pour être naturalisés, les coréens devaient renier leurs noms d'origine jusqu'en 1985, mais même aujourd’hui les conditions demeurent drastiques. Malgré tout, cela n'empêche pas les mariages mixtes et n'engage pas plus de départs.

Au fil du temps la situation s'est tout de même améliorée, le droit à la retraite par exemple leur a été acquis, et ce malgré les discriminations encore imposées par la Loi (non droit au vote ni aux emplois publics). Depuis 1990, le nombre de Coréens a augmenté au Japon, leur faisant perdre leur statut de communauté étrangère quasi-unique.

En 2005, le gouvernement continu à faire évoluer le statut des immigrés : les contrôles ne sont plus systématique et ce malgré les réticente de l'extrême droit Japonaise. En effet, dans ce pays où la criminalité est faible, les étrangers sont considérés comme une potentielle menace à l'ordre public.

La majorité des japonais pensent que la paix dans leur pays est due à l'homogénéité de la population. En 2005 toujours, M. Aso Taro, ministre de l'éducation déclare : "Le Japon est une nation, une civilisation, une langue, une culture et une race."


> Conclusion

L'immigration à la Japonaise reste donc un défi mais il faudra tout de même s'y résoudre pour palier à la main d’œuvre qui continu de manquer. Un changement d’opinion public devra s'opérer dans un pays où le communautariste reste très ancrée dans les mœurs.

Ce nouveau principe japonais pourra-t-il être instauré ? A ce point, le pays entier est contre les immigrants, comment changer ça ? Mission impossible.


Et vous, qu'en pensez-vous ?

Page 1 sur 1
Je réponds rapidement